ACL

Connexion

Association des Centraliens de Lyon

   Liste des articles
Vue 7553 fois
21 octobre 2019

Extinction Rebellion : rencontre avec un Centralien de Lyon engagé

Vous avez forcément entendu parler des actions menées aux quatre coins de la planète (expression étrange puisqu'aux dernières nouvelles, elle est toujours ronde) par le groupe Extinction Rebellion. Eric Trochon (ECL95), ingénieur automobile pendant 25 ans, a rejoint le mouvement  en mars 2019 après la marche du siècle à Paris, bien décidé à bousculer les consciences et le confort d'un statu quo coupable. Voici un long extrait de sa prise de parole réalisée devant  le Groupe Île de France de l'ACL en septembre dernier.


"J’ai passé 25 ans dans l’industrie automobile, dont 3 en Chine et 3 aux Etats-Unis. Il n y a pas si longtemps, je croyais que les véhicules hybrides, les véhicules électriques à batterie, les véhicules électriques à hydrogène, c’était formidable et que ça allait résoudre tous les problèmes, d’émissions de CO2, de pollution de l’air, de facture pétrolière, etc.

Maintenant j’ai compris que la technologie ne nous sauverait pas et que ce qu’il faut c’est des voitures beaucoup moins lourdes, beaucoup moins puissantes et surtout beaucoup moins nombreuses. J’ai compris ça lors de la marche du siècle le 16 mars, une marche organisée dans le cadre de la pétition «l’affaire du siècle» qui vise à attaquer l’état en justice pour inaction contre le dérèglement climatique, une pétition qui a été signée par plus de 2 millions de personnes!

Ce jour là, un manifestant m’a parlé de disparition des insectes en Europe. Il m’a parlé aussi des bunkers de l’apocalypse que se construisent les super riches en Alaska et en Nouvelle Zélande pour survivre après l’effondrement, un effondrement de la société inévitable dans les années qui viennent d’après lui. Je n’en dormais plus ... Alors je me suis renseigné.

Nous vivons la 6ème extinction de masse. La 5ème a mis fin au règne des dinosaures il y a 65 millions d’années

D’après l’ONU, 1 million d’espèces sont en danger d’extinction et 150 à 200 espèces végétales ou animales disparaissent chaque jour. Chaque jour ! Nous vivons la 6ème extinction de masse. La 5ème a mis fin au règne des dinosaures il y a 65 millions d’années. En 2017, 15000 scientifiques alertaient l’humanité sur l’état de la planète. Sur 9 indicateurs, 8 sont alarmants. L’homme a tellement modifié la planète que nous sommes entrés dans une nouvelle ère géologique: l’anthropocène.

World Scientists 2nd warning to Humanity 2017

Depuis 30 ans, 400 millions d’oiseaux ont ainsi disparu en Europe mais aussi 80% des insectes volants et plus généralement 60% des vertébrés depuis 1970. La terre est peuplée de 7 milliards d’humains et 4 milliards de ruminants. Les animaux sauvages ne représentent que 4% de la biomasse des mammifères terrestres. Et 70% des oiseaux sont des poulets. Il y en a plus de 20 milliards.


Et puis, il y a le dérèglement climatique dû à l’effet de serre additionnel. Sans effet de serre, savez-vous quelle serait la température moyenne de la planète? -18°C! L’effet de serre est dû aux molécules comportant 3 atomes ou plus en suspension dans l’air telle que la vapeur d’eau, le dioxyde de carbone CO2; le méthane CH4, et le protoxyde d’azote N2O. Elles piègent le rayonnement terrestre un peu comme le fait une couverture. Grâce à l’effet de serre, la température devrait être de 15°C mais en pratique à cause des émissions humaines de CO2, de CH4 et de N20, on est plutôt à 16-16,1°C.


C’est pourquoi on dit que le réchauffement aujourd‘hui est de +1° à +1,1°C par rapport à 1850, le début de la révolution industrielle. 1°C ça peut paraître peu. Il y a 20000 ans, nous étions dans une période glaciaire. Il y avait 3 km de glace sur l’Europe du nord et on pouvait aller à pied en Angleterre car le niveau de la mer était 120 m plus bas. Quelle était alors la température moyenne de la planète? 10°C! Le monde à -5°C c’est 3 km de glace sur l’Europe du nord et un niveau de la mer 120 m plus bas. Le monde à +1°C c’est ce qu’on a vécu en 2018 et en 2019 : des canicules atteignant 42°C à Paris, 50°C en Inde, des ouragans destructeurs et des incendies monstres en Arctique, en Amazonie, en Californie, etc. Chaque dizième de degré compte.

 

Recommandations du GIEC et inertie coupable

Pour avoir une vision la plus large possible de la situation, il faut également bien comprendre la notion de budget carbone détaillée par le GIEC, le groupe d’experts de l’ONU chargé du climat. Si on veut avoir 2 chances sur 3 de limiter le réchauffement à 1,5°C, le GIEC a évalué qu’il ne fallait pas émettre plus de 420 Gt de CO2e. Soit 10 ans d’émissions au rythme actuel. Il ne reste que 8 ans et demi car l’estimation du GIEC commençait au 1er janvier 2018 .


Si on brûle toutes les réserves prouvées d’énergie fossile, pétrole, gaz, charbon, à votre avis, combien va-t-on émettre de CO2? 4000 Gt! 10 fois plus! Il faut donc laisser 90% des énergies fossiles dans le sol! Un baril de pétrole fait 159 litres. Combien en brûlons-nous chaque jour dans le monde à votre avis ? 100 millions! Croyez-vous que l’homme soit capable de dire un jour: vous voyez ces milliards de barils et ces millions de tonnes de charbon qui valent des milliers de milliards de dollars? Et bien ils ne valent plus rien car on va les laisser dans le sol pour préserver le climat! Non bien sûr.

Des conséquences alarmantes à court terme

Depuis les accords de Paris, les banques françaises ont financé les énergies fossiles à hauteur de 124 milliards d’euros! Conséquence: le réchauffement qu’on risque d’avoir ne sera pas de 1,5°C ou même 2° mais plutôt de 4°C bien avant 2100!

Savez-vous ce qu’est le monde à +4°C? Le monde à +4°C, d’après l’université de Hawai, c’est 74% des terres habitées qui ne sont plus habitables car il y aura tous les ans des canicules mortelles. Cela touche l’Inde, la Chine, l’est des États-Unis, l’Indonésie, le Brésil. Il y aura 5 milliards de réfugiés climatiques. Qu’est ce que ça signifie? Ce sera la guerre bien sûr. La guerre pour boire et pour manger. Le retour de la barbarie.

Et ça a déjà commencé. En juin dernier il y a eu des morts en Inde parce que des gens se sont battus pour de l’eau venant d’un camion citerne alors que 43% du pays était frappé par la sécheresse et que la température était de 50°C. Plus d’eau au robinet à Chennai une ville de 7 millions d’habitants. Par ailleurs, une des causes de la guerre en Syrie est une sécheresse qui a détruit 75% des récoltes et tué 85% du bétail. 1,5 millions de paysans ont dû rejoindre les villes pour survivre. La mauvaise gestion de cette crise a contribué à la guerre.

Et en France, savez-vous quelles sont les prévisions du CNRS et de météo France pour les températures maximales en 2050? 54°C à Paris. Et l’eau sera également un problème car elle est déjà un problème aujourd’hui. 20 départements sont en crise pour l’eau en ce moment même en France.

Je vous ai annoncé 5 milliards de réfugiés climatiques avant la fin du siècle à cause du réchauffement climatique. Ce sera la guerre. Ça peut difficilement être pire, n’est-ce-pas? Malheureusement si ça peut être pire. En effet un monde à +4°C n’est pas un monde stable, c’est un monde qui se réchauffe encore à cause des boucles de rétroaction positive :

- Incendies de forêt

- Dégel du permafrost en Arctique

- Dégel des hydrates de méthane dans les océans

- Affaiblissement des courants océaniques

- Plus il fait chaud et plus il y a d’incendies de forêt et plus il y a de CO2 dans l’atmosphère et plus il fait chaud …

- Plus il fait chaud et plus le sol se réchauffe et plus le permafrost dégèle et plus il y a de méthane dans l’atmosphère et plus il fait chaud …

- Plus il fait chaud et plus les océans se réchauffent et plus les hydrates de méthane dégèlent et plus il y a de méthane dans l’atmosphère et plus il fait chaud …

- Plus il fait chaud et moins il y a d’écart de température entre les pôles et l’équateur et moins il y a de courants océaniques et plus il y a de zones mortes dans l’océan et moins il y a absorption de CO2 par l’océan et plus ily a de CO2 dans l’atmosphère et plus il fait chaud …

Le dégel du permafrost a 70 ans d’avance sur les prévisions du GIEC !

Il y a en tout une douzaine de boucles de rétroaction positive qui vont s’enchaîner en cascade. On espère qu’on ne les a pas encore enclenchées mais une mauvaise nouvelle est tombée récemment: le dégel du permafrost a 70 ans d’avance sur les prévisions du GIEC. 70 ans. Et le méthane contenu dans le permafrost représente 1700 Gt d’équivalent CO2 soit 4 fois le budget 1,5°C! On parle donc de bombe climatique.

Ces boucles de rétroaction peuvent conduire à un réchauffement de +10°C à +12°C au cours du siècle prochain. Et ce, indépendamment des activités humaines! On pourrait tout arrêter que cela se réchaufferait quand même! Le monde à -5°C c’est 3 km de glace sur l’Europe du nord et un niveau de la mer 120 m plus bas. Le monde à +4°C c’est les ¾ des terres habitables qui ne le sont plus à cause de canicules mortelles. Le monde à +10°C c’est quoi? Personne ne le sait mais c’est un monde terrifiant. On parle de planète étuve inhabitable pour la plupart des espèces, dont la notre. Oui, l’extinction de l’humanité est clairement une des issues possibles à la crise bioclimatique en cours.

Extinction Rebellion : s’opposer pour la survie de l’espèce

Le moment est venu de parler d’Extinction Rebellion, un mouvement que j’ai rejoint moins d’une semaine après la marche du siècle. La menace qui pèse sur nous est fille de la révolution industrielle qui est venue d’Angleterre. Extinction Rebellion aussi vient d’Angleterre. Pourquoi ce nom «extinction rebellion» ? Parce que c’est le choix qui s’offre à nous: l’extinction ou la rébellion. Extinction Rebellion Royaume Uni s’est déclaré en rébellion le 31 octobre 2018 à Londres. La branche française en a fait autant le 24 mars 2019 place de la bourse à Paris. Pourquoi ce logo? Le cercle pour la planète et le sablier car le temps nous est compté. Pourquoi se rebeller? Article 35 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793: «Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs».


Le droit qui est violé c’est le droit à la vie pour nos enfants mais aussi pour nous! Nous avons donc non seulement le droit mais aussi le devoir de nous rebeller pour préserver toutes les formes de vie sur terre dont la notre.

La recherche montre qu’il suffit de mobiliser 3,5% de la population pour obtenir le changement désiré. En France 3,5% c’est environ 2 millions de personnes soit le nombre de signataires de la pétition «l’affaire du siècle». C’est donc tout à fait réalisable. Notre objectif est de perturber pacifiquement le système pour créer un rapport de force qui oblige le pouvoir à satisfaire nos revendications qui sont :

1. La reconnaissance de la gravité et de l’urgence des crises écologiques actuelles et une communication honnête sur le sujet.

2.La réduction immédiate des émissions de gaz à effet de serre pour atteindre la neutralité carbone en 2025, grâce à une réduction de la consommation et une descente énergétique planifiée.

3.L’arrêt immédiat de la destruction des écosystèmes océaniques et terrestres, à l’origine d’une extinction massive du monde vivant.

4.La création d’une assemblée citoyenne chargée de décider des mesures à mettre en place pour atteindre ces objectifs et garante d’une transition juste et équitable.


Cela peut paraître utopique. La réalité est que c’est faisable comme le montre cette étude du think tank the shift project. La véritable utopie est de croire qu’on peut continuer comme maintenant indéfiniment. Pour satisfaire nos revendications cependant, il faudra un effort de guerre. C’est normal car nous sommes en guerre, en guerre contre le dérèglement climatique, la pollution et la destruction des écosystèmes.

Nous ne sommes pas les seuls à le dire: le 30 juin, Nicolas Hulot disait: «IL EST URGENT D’AFFRONTER LA RÉALITÉ CLIMATIQUE, ÉCOLOGIQUE PLUTÔT QUE DE TOUJOURS LUI TOURNER LE DOS. NOUS DEVONS ABSOLUMENT NOUS RASSEMBLER, AU-DELÀ DE TOUTES NOS BARRIÈRES POLITIQUES, RELIGIEUSES POUR CHANGER NOS MODES DE VIE. EN TEMPS DE GUERRE, ON EST CAPABLE DE S’UNIR SUR L’ESSENTIEL. ET NOUS SOMMES EN GUERRE!» Oui nous sommes en guerre et c’est une guerre mondiale !

Nos premières victoires :

Le Royaume-Uni, l’Irlande et la France ont décrété l’urgence climatique. En avez-vous entendu parler ? Non ou pas beaucoup. Comme l’a dit Greta Thunberg à l’assemblée nationale le 23 juillet. Le plus grand danger n’est pas quand rien n’est fait mais quand les entreprises et les politiques font semblant de faire quelque chose. La réalité est que les médias et le gouvernement restent dans le déni.

Nous devons continuer à mettre la pression avec toujours plus de monde et plus de gêne comme nous y appelle Cyril Dion, garant de la convention citoyenne sur le climat. Alors rejoignez-nous pour vivre dans la joie et la bonne humeur le plus grand combat de l’histoire de l’humanité ! Ce combat est une opportunité inespérée de faire émerger un monde régi par la bienveillance, l’entraide et l’amour du vivant plutôt que par l’argent, la compétition et l’exploitation du vivant, humains compris.

Intervention de Cyril Dion sur France Inter : "Si l’on continue comme ça, une partie de notre civilisation risque de s'effondrer"

Le mot de la fin est « ne restez pas seuls face à cette terrible vérité » et surtout « aimez-vous les uns les autres.»  N'hésitez pas à me contacter par mail (eric.trochon@wanadoo.fr) pour échanger."

 

 

Auteur

Eric Trochon est diplômé de Centrale Lyon, de l’ESSEC et de l’université d’état de l’Ohio. Après 25 ans passés dans l'industrie automobile en France, en Espagne, en chine, au Japon et aux Etats-Unis, il prend conscience en mars 2019 de la gravité et de l’urgence de la situation bio climatique et a depuis rejoint le mouvement écologique Extinction Rebellion.

Articles liés


Ajoutez un message personnel