ACL

Connexion

Association des Centraliens de Lyon

   Liste des articles
© DR
Vue 749 fois
24 mai 2019

Supergrid Institute : le courant continu soutien de la transition énergétique

« Plus adapté au transport de l'électricité sur de grandes distances, avec moins de déperdition, et une meilleure souplesse de maillage du fait de l'absence de polarité plus/moins », Hubert de la Grandière directeur général de SuperGrid Institute, en est persuadé, le courant continu est LA solution d’avenir en matière de transports de l’énergie électrique, en particulier d’origine renouvelable. L’inauguration en avril dernier du premier des 3 bâtiments d’essais et de 10 laboratoires de recherche du Supergrid Insitute est l’occasion de revenir sur ce consortium privé-public dont l’école Centrale Lyon est partenaire.


L'institut de transition énergétique SuperGrid est un consortium privé-public associant 5 actionnaires industriels de la filière électrique (Alstom, EDF, GE, Nexans et Vettiner), la Banque des Territoires et 7 actionnaires académiques dont Centrale Lyon. Un partenariat qui participe à préparer les futurs ingénieurs de l’école aux enjeux de la transition énergétique.

L’ITE Supergrid Institute a été pensé comme une plateforme de recherche collaborative dans le domaine des énergies décarbonées. Aux côtés des équipes d’ingénieurs de recherche issus du monde industriel, de nombreux acteurs académiques parmi lesquels les chercheurs et doctorants de Centrale Lyon se sont installés en délégation sur le site de l’entreprise, avec des enjeux forts comme le souligne Frank Debouck directeur de l’ECL :

 

« Pour l’École Centrale Lyon, l’ITE SuperGrid Institute est une opération d’envergure emblématique qui s’inscrit parfaitement dans le cadre de la transition énergétique, sujet d’importance pour la formation des ingénieurs de demain. C’est aussi un montage de partenariat public-privé novateur avec la SAS dans laquelle 7 partenaires universitaires sont actionnaires aux côtés de grands groupes industriels. Avec Supergrid Institute, la collaboration laboratoires de recherche et industriels s’inscrit sur le long terme, donnant le temps nécessaire pour développer une recherche de qualité reconnue à l’international. Nos étudiants et nos doctorants ont accès à des installations de haut voltage à échelle 1. Ainsi le laboratoire AMPERE a bénéficié de plus d’une dizaine de thèses depuis la création de l’ITE ce qui constitue largement à renforcer l’attractivité de notre site universitaire. »

 

Plateforme diélectrique-Ateliers © Lotfi Dakhli

 

Une association d’autant plus intéressante pour les académiques qu’ils ont ainsi accès à des moyens de pointe, tout en les confrontant directement aux besoins des industriels, ce qui donne du sens à leurs recherches, avec de fortes chances d’être par la suite appliquées. Quant aux industriels, ils bénéficient de l’ouverture des académiques, de compétences scientifiques de pointe et d’une vraie démarche structurée de recherche.

 

Enfin, le fait de s’inscrire sur un temps long (4, 5 ans) est un atout qui permet de lever d’importants verrous technologiques. Un luxe rendu possible par les synergies des intérêts industriels et la proximité de la recherche académique.

 

La revanche du courant continu

 

Comparé à son rival de toujours, le courant continu s'avère mieux adapté au transport de l'électricité sur de grandes distances que le courant alternatif, avec moins de déperdition, et une meilleure souplesse de maillage du fait de l'absence de polarité plus/moins. Des caractéristiques qui devront permettre d’intégrer massivement du courant continu dans le réseau des énergies renouvelables et compenser ainsi la production intermittente du solaire et de l’éolien.

SuperGrid Institute travaille ainsi sur la mise en place d’un réseau européen en courant continu, qui viendrait se brancher au réseau alternatif, afin de distribuer à grande échelle des énergies d'origine renouvelable (éolien offshore, solaire), produites à de grandes distances de leur lieu de consommation, et contourner ainsi les aléas climatiques.


Avec l’avènement des EnR, la proximité entre lieu de production des énergies et leur lieu de consommation, ne sera
à terme plus la norme. Pour cela, 2 solutions sont actuellement développées : des réseaux d’alimentation électrique puissants en courant continu, et des algorithmes capables de faire fonctionner en parallèle de l’alternatif et du continu pour stabiliser le réseau, et permettre des solutions de stockage flexible d’électricité.

Autre avantage du courant continu, il permet d’occuper six fois moins d’espace en aérien que l’alternatif, tout en limitant la pollution visuelle via des réseaux enterrés comme par exemple celui qui passe sous les Pyrénées entre l’Espagne et la France, sans venir déranger la quiétude des ours locaux.

Dielectric Platform © Charles-Edouard GIL - CEG Studio


La course aux brevets

40 % des 20 millions de budget annuel du Supergrid Institute proviennent selon son directeur général des revenus issus de sa politique de propriété intellectuelle. En cinq ans d'existence, 50 demandes de brevets, dont 18 rien qu’en 2018 ont ainsi été déposées autour de 5 grandes thématiques de recherche : l'architecture des systèmes, les convertisseurs de puissance, les câbles et jonctions, ou encore le stockage.

Et dans cette course aux brevets, Supergrid Institute a décroché la première place au palmarès INPI des PME déposants de brevets en France pour 2018 !

 

Articles liés


Ajoutez un message personnel