Retour au dossier
Revêtement de l'équipement personnel de protection avant une entrée en "zone à haut risque" dans le centre de traitement Ebola de Conakry, mission MSF, Guinée, 2014.
Vue 1139 fois
08 juillet 2019

Sur les traces d’un Centralien devenu ingénieur en santé publique pour les ONG

Ingénieur centralien de Lyon (ECL 2010), Laurent Lehot a décidé dès sa sortie de l’Ecole de mener une carrière dans l'humanitaire, effectuant son TFE à Och, au Kirghizistan. Il n’a depuis jamais travaillé en France. Spécialisé en ingénierie de la santé publique (eau, hygiène et assainissement), il a mené à ce jour 9 missions dans 8 pays et 3 continents avec des contextes aussi différents que la gestion de camps de réfugiés, d’hôpitaux, d’épidémies, ou de conflits. Rencontre.


Inspection par caméra du puit fournissant l'eau à l'hôpital régional de Bangassou, mission MSF, RCA, 2015.

 

Tu es investi dans des missions humanitaires depuis ta sortie de l'école. Pourquoi ce choix et quel en a été le déclic ?
Mon père est médecin urgentiste et ma mère pharmacienne, tous les deux dans l’armée. Sans doute m’ont-ils transmis une certaine manière de voir l’engagement. Mais le vrai déclic, je l’ai eu lors de ma scolarité à Centrale Lyon au travers de...

Cet article est réservé aux membres cotisants

Auteur

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.