ACL

Connexion

Association des Centraliens de Lyon

   Retour au dossier
wikimedia
Vue 62 fois
09 janvier 2019

Centrale Lille et l’ingénierie pour la santé

L’évolution du marché des dispositifs médicaux de haute technologie donne lieu à des actions transdisciplinaires en ingénierie pour la santé et l’implication d’ingénieurs aux compétences généralistes dotés d’une connaissance de l’environnement de la santé. C’est dans ce contexte que les activités de Centrale Lille sont menées et se développent.


Les enseignements en ingénierie pour la santé ont débuté à Centrale Lille dès 2010. Ces enseignements, transdisciplinaires, sont dispensés par des médecins, des radio-physiciens du CHR de Lille et des enseignants-chercheurs de Centrale Lille.

Depuis la réforme pédagogique du cycle ingénieur de Centrale Lille, la place de l’ingénierie pour la santé, croit avec des modules d’enseignement dès la première année du cycle, et transdisciplinaires en deuxième année.

Depuis 2016, Centrale Lille, a aussi ouvert un Master en ingénierie biomédicale dispensé en anglais. Dans de ce Master, les élèves ont des enseignements en ingénierie mais également en anatomie, biologie, réglementation ou physio-pathologie. Ce Master est accessible aux étudiants étrangers, avec déjà plus de 10 nationalités représentées, et aux élèves ingénieurs. L’expertise généraliste de notre établissement, en enseignement et en recherche, nous permet d’offrir une formation en ingénierie bio médicale extrêmement originale.

Du point de vue de la recherche, l’enjeu majeur des 50 prochaines années en ingénierie pour la santé est le développement de la médecine de précision (outils de diagnostic, de soin et de simulation spécifique au patient) pour une nouvelle génération de traitements thérapeutiques et chirurgicaux ou non invasifs. Le développement de ces outils spécifiques nécessite de disposer de techniques d’imageries médicales fines et adaptées (en particulier quantitatives), de dispositifs médicaux, d’outils de simulations, adaptés à chaque patient. Deux laboratoires au sein de Centrale mènent des activités dans ces domaines. BioTiM du LaMcube a des compétences internationalement reconnues en biomécanique des tissus mous.

Cette équipe a développé une expertise en caractérisation et modélisation du comportement mécanique des tissus conjonctifs mous. Elle développe des outils de simulation numérique afin d’aborder des problématiques liées à la compréhension de la physiologie et la physio-pathologie, l’évaluation des techniques chirurgicales ou le développement de prothèses.

Les actions de cette équipe sont soutenues par des industries pharmaceutiques (Medtronic, Johnson & Johnson), des agences de recherche françaises et européennes, des organismes de maturation et de transfert de technologique que ce soit pour des projets liés à la conception d’implants chirurgicaux, de dispositifs médicaux de caractérisation non destructives pour le soin personnalisé ou encore de simulateurs numériques du soin en gynécologie et obstétrique.

Processus et chaîne numérique de reconstruction et simulation du soin pour une planification adaptée au patient.

 

Les activités du LIA LICS de l’IEMN en ingénierie biomédicale se développent suivant trois axes. L’imagerie médicale, en particulier l’élastographie ultrasonore afin d’évaluer le comportement élastique des tissus biologiques, non accessibles par des méthodes conventionnelles. Ces mesures constituent des données d’entrée pour les modèles numériques de simulation du soin en collaboration avec BioTiM. Le LIA LICS est l’inventeur d’une méthode de quantification des vitesses d’écoulements multiphasiques en l’absence de particules diffusantes et pour des géométries complexes.

Enfin, le groupe travaille sur la fabrication et la caractérisation de microbulles magnétiques (MBM) injectables pour un traitement plus efficace des tumeurs cancéreuses avec suivi en temps réel et méthode, unique au monde, de caractérisation des écoulements, appliquée à la caractérisation des écoulements biologiques qui permet d’évaluer réduction des effets secondaires.

Image TEM d'une microbulle magnétique utilisée comme agent de contraste bimodal et vecteur de médicament anti-cancer.


Pour renforcer les actions de Centrale Lille, une plateforme technologique mutualisée de près de 200 m² en ingénierie biomédicale sera aménagée pour renforcer les activités d’enseignement avec un espace réglementé de grade L1 et les activités de recherche avec un espace de catégorie L2.

Auteur

Ancien élève de l’ENS de Paris-Saclay, Mathias Brieu est Professeur des Universités à Centrale Lille depuis 2005. Ses thèmes de recherches sont en mécanique des matériaux polymères, synthétique ou biologique. Depuis 15 ans il développe des activités, en enseignement et recherche, en modélisation du soin chirurgicale des tissus mous.

Articles du dossier


Ajoutez un message personnel