ACL

Connexion

Association des Centraliens de Lyon

   Retour au dossier
by geralt on Pixabay
Vue 87 fois
11 mars 2019

Les stable coins : le graal de la blockchain ?

Inventés afin de permettre aux marchés d’échange d’intégrer des cryptomonnaies indexées sur les monnaies-fiat, les stable coins seraient aujourd’hui la clé du développement du secteur. Le point avec Ossama Benbouidda (EC Nantes 15), senior consultant Stratégie & Opérations pour les services financiers
chez Deloitte.


Depuis l’instauration des accords de Bretton Woods en 1944, le système monétaire international repose sur le dollar américain comme monnaie de
référence. Bien que fonctionnel aujourd’hui, les différentes crises économiques ont montré sa défaillance et plusieurs économistes s’accordent pour lui prédire un avenir funeste. Et si la blockchain, via les stable coins, pouvait améliorer et rendre ce système plus performant ?

Il est communément admis que le développement de la blockchain est intimement lié au développement des cryptomonnaies. Or, si ces dernières offrent des avantages non négligeables pour l’échange et la réalisation des transactions entre pairs (rapidité, faibles, sans frais), plusieurs grands acteurs du système financier mondial refusent de les utiliser à cause d’un défaut majeur : leur volatilité. Les cours peuvent varier brutalement du jour au lendemain, à la hausse ou à la baisse, et les deux scénarios se sont répétés maintes fois dans l’histoire de la crypto-industrie.

Face à cette volatilité (en un an le bitcoin est passé de 20 000 à 3 000 dollars par exemple), des poids lourds du commerce en ligne, comme Showroomprive ou Microsoft, ont décidé d’arrêter les paiements en bitcoins.  

Les stable coins, la solution ?

Pour remédier au problème de volatilité des cryptomonnaies, nous assistons depuis quelque temps à l’effervescence d’une nouvelle classe d’assets appelés stable coins. Hormis le manque de volatilité, les stable coins tirent leur réputation de leur technique de construction : leur stabilité est  vérifiée informatiquement grâce à des smart contracts et non grâce à des indexations sur des matières premières comme l’or.

Limites et avenir de cette cryptomonnaie

Cette nouvelle cryptomonnaie fait l’objet de nombreuses controverses. Le stable coin le plus connu, Tether (encadré), est ainsi au coeur de plusieurs polémiques. Sa maison mère Bitfinex est accusée par la communauté blockchain de ne pas détenir l’équivalent en dollars des 2,2 milliards de Tether émis et n’a jamais apporté la preuve du contraire. Fin janvier, l’entreprise a même annoncé la fin de sa collaboration avec le cabinet d’audit Friedman qui  assurait jusque-là l’équivalence des tokens de Tether émis en dollars américains sur le compte bancaire de la société Tether.

Enfin, une récente étude de chercheurs de l’université du Texas affirme que le cours du bitcoin a été manipulé par le Tether entre mars 2017 et 2018, et qu’il serait même à l’origine de la grosse bulle de 2017. Autre point, non négligeable, le stable coin n’a jusqu’ici été adopté que par un seul pays, le Venezuela.

Cela suffit-il à hypothéquer l’avenir de cette cryptomonnaie ? Non, et l’on verra sûrement la création de stable coins aux formats et utilisations diverses outrepassant la fonction première des monnaies classiques, telles que des applications d’assets financiers ETF indexés sur des stable coins, des monnaies-fiat et, éventuellement, des matières premières !

 

Pour aller plus loin :

Les différents types de stable coins

Il existe une vingtaine de stable coins sur le marché, chacun avec ses propres spécificités. Parmi ces cryptomonnaies, les plus utilisées sont :
• Dai, qui fonctionne sur la blockchain Ethereum et est indexée sur le dollar ;
• Tether, également indexée sur le dollar ;
• TrueUSD, construite en smart contract et bénéficiant d’un cadre juridique.

Auteur

Articles du dossier

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.


Ajoutez un message personnel