Liste des articles
Vue 304 fois
03 mai 2023

Hydrogène et mobilité : rencontre avec Nicolas Davidenkoff (ECL2000) directeur supply chain de la société Symbio

Expert en Opérations Industrielles et en supply chain, Nicolas Davidenkoff (ECL2000) a travaillé dans des industries exigeantes comme l'aéronautique, l'automobile, la pharmacie ou encore le nucléaire. Un parcours qui l’a mené à son poste actuel de Directeur supply chain de la société Symbio spécialisée dans les solutions hydrogènes pour véhicules lourds et légers. Nous l’avons rencontré.


Technica : Bonjour Monsieur Davidenkoff.  Pouvez-vous nous présenter votre rôle et missions de directeur supply chain de la société Symbio?

La société Symbio est une JV détenue à parts égales entre Michelin et Faurecia qui conçoit, produit et commercialise des solutions hydrogène pour des véhicules légers à lourds. Mon rôle consiste à faire en sorte que nos clients soient livrés dans les délais tout en optimisant les coûts et les stocks. Pour ce faire, la Supply Chain est en charge des flux physiques de produits et des flux informatiques associés. Cela inclut le S&OP (planification à un horizon de 15/18 mois), le planning de production (horizon 3 mois), les approvisionnements et la logistique (stockage, transport, flux vers/depuis la production). Mon périmètre géographique est mondial, aujourd'hui il est principalement constitué d'une usine pilote à Vénissieux, nous sommes en train de démarrer notre première Gigafactory à St Fons en région lyonnaise en 2023, nous avons prévu d'en construire une seconde en France d'ici à 2028, ainsi qu'une troisième aux États-Unis dans les années à venir, et nous allons démarrer en fin d'année une JV en Alsace qui produit un des composants clés de la pile à hydrogène.

Nouvelle génération de piles à hydrogène H2MOTIVE

Technica : Comment s'est présentée cette opportunité de carrière et qu'est-ce qui vous a motivé à tenter cette nouvelle aventure ?

Cette opportunité s'est présentée par mon réseau, et j'ai choisi de me lancer dans l'aventure pour plusieurs raisons : nous étions en pleine crise du Covid et je travaillais dans l'aéronautique qui était dans une très mauvaise passe avec des réductions d'effectifs. Ensuite et surtout, j'ai été attiré par l'hydrogène, qui est un marché en pleine croissance et en pleine transformation et qui va participer à la transition énergétique et écologique nécessaire pour stopper le réchauffement climatique, thème auquel je suis sensible. Enfin, d'un point de vue géographique, j'étais content de retourner à Lyon avec ma famille après 5 ans mouvementés au Royaume Uni entre Brexit et Covid.

Technica : Il y a environ 1 an, Symbio a été choisi par la Commission californienne de l'énergie pour développer d'ici à fin 2023 un poids lourd alimenté par une pile à combustible qui servira de démonstrateur pendant douze mois sur un itinéraire de 650 kilomètres tout en offrant des caractéristiques identiques à celles d'un équivalent thermique, pour un usage intensif. Où en est ce projet à 8 mois de l'échéance ? Et existe-t-il des projets de telles envergures en France ou en Europe ?

Les piles à hydrogène ont été produites à Vénissieux et expédiées en ce début d'année vers notre site de San Diego aux Etats-Unis. Elles vont être assemblées et adaptées pour ce projet dans les 8 mois qui restent. En France et en Europe, nous avons deux programmes en cours avec Stellantis sur des utilitaires, un en série et un second en cours de développement qui va démarrer à la Gigafactory de St Fons mi 2024.

Gigafactory de piles à combustibles de Saint-Fons

Technica : Est-ce que des projets comme la Gigafactory de St Fons posent de nouveaux défis en termes de supply chain, ou est-ce simplement une question de changement d'échelle, avec des contraintes identiques?

Il s'agit principalement d'un changement d'échelle, ce qui signifie entre autres de s'assurer que nos fournisseurs auront bien les capacités de suivre également ce changement d'échelle.
En termes industriels, il s'agit de nouveaux procédés de fabrication haute cadence afin de pouvoir fournir les volumes en forte croissance et également afin de réduire les coûts de production des piles.

Technica : Les industries sont régulièrement confrontées à cause du contexte international (Ukraine, Chine, crise énergétique et climatique etc) à des problèmes d'approvisionnements notamment en matériaux. Qu'en est-il pour vous dans la fabrication des solutions hydrogène. Y-a-t-il des points de tensions et comment les gérez-vous ?

Nous souffrons comme les autres industries des difficultés d'approvisionnement liées au contexte géopolitique mondial. La situation s'est améliorée sur les métaux, notamment à cause du ralentissement économique global. En revanche, elle demeure tendue sur les semi conducteurs, au moins jusqu'à la fin de l'année 2023.

Opérateurs Symbio devant un banc d'essai

Technica : On entend souvent que l'on apprend de nouvelles choses tout au long de sa carrière professionnelle. Qu'avez-vous appris depuis votre prise de fonction chez Symbio ?

J'ai tout d'abord appris à connaître le monde de l'hydrogène et la technicité de la pile. J'ai également appris à être très adaptable, encore plus que dans toutes mes expériences précédentes, du fait de la nouveauté de ce produit et du manque de maturité de ce marché et de la forte concurrence qui en découle. Tout va très vite à cause de l'urgence climatique, la date de 2035 pour la fin des moteurs thermiques en Europe semble éloignée, mais pour des industriels c'est demain ! Il faut faire preuve d'une agilité que je n'ai jamais connue auparavant. Il faut surtout faire en sorte que les équipes nous suivent dans cet environnement très changeant qui peut être déstabilisant.

Technica : A l'inverse, quels sont les enseignements acquis  lors de vos précédentes expériences qui vous servent le plus pour mener à bien vos missions chez Symbio ?

C'est dans le domaine du management et du leadership que j'ai le plus appris tout au long de ma carrière et ce sont ces compétences qui me servent le plus aujourd'hui. Les problématiques techniques on arrive toujours à les résoudre avec une approche scientifique et méthodique. Les problématiques humaines, on arrive aussi à les résoudre, mais par une approche différente qui peut être déconcertante quand on est un ingénieur très cartésien. Je défends pour ma part un leadership qui est à la fois exigeant, bienveillant et transparent,

Technica : En un peu plus de 20 années de carrière professionnelle, quels ont été les plus grands défis auxquels vous avez été confronté ?

Parmi mes plus grands défis, je citerais le démarrage d'un ERP, c'est un grand classique dans une carrière dans la supply chain et les opérations ; les conséquences d'un projet mal géré peuvent être catastrophiques au point de mettre la clé sous la porte. La robustesse des données techniques et un bon programme d'accompagnement au changement sont des points fondamentaux pour la réussite du projet.

Lorsque j'étais directeur d'usine, je me suis retrouvé (presque) seul à la suite d'une acquisition, à cause de nombreuses démissions des salariés qui ne se sentaient pas à l'aise dans la culture de la société qui avait racheté (un grand classique également). Je me suis toujours référé à la Bible du directeur d'usine dans la gestion des priorités pour m'en sortir : sécurité, qualité, délai, coûts.

Enfin la gestion de la première crise du Covid en tant que directeur d'usine également (au Royaume Uni) : je suis pénalement responsable de la santé et de la sécurité de mes salariés, la sécurité est ma première priorité et je dois convaincre mes salariés que nous devons continuer à produire au risque que l'usine ferme définitivement, dans un pays qui n'est pas le mien avec des opérateurs de production qui étaient majoritairement polonais.

Auteur

Professionnel des Opérations Industrielles et de la Supply Chain avec 20 ans d'expérience dans des industries exigeantes telles que l'aéronautique, l'automobile, la pharmacie ou encore le nucléaire.
Ses domaines d'intervention sont :
o La direction de sites industriels au quotidien et à horizon tactique/stratégique
o Le leadership d'équipes opérationnelles
o L'intégration de sites post acquisitions
o La mise en place d'une supply chain globale, de l'approvisionnement des matières premières à la livraison des clients
o La gestion de projets industriels

A lire

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.