Liste des articles
Vue 505 fois
07 septembre 2022

Élise Airaud (ECL 1997) : rencontre avec la Directrice de la Silver Economie d’Eiffage Immobilier

Diplômée de l’École Centrale de Lyon et du Politecnico de Milan, Élise Airaud (ECL 1997) a fait pratiquement toute sa carrière chez Eiffage : aménagement urbain, équipements publics et promotion immobilière en Île de France et dans l’Ouest de la France. Début 2022, elle devient Directrice de la Silver Economie pour Eiffage Immobilier, un nouveau challenge dans un secteur amené à évoluer rapidement, en même temps que les nouvelles aspirations sociétales de la population.


Bonjour Elise. Comment définiriez-vous votre rôle et vos missions comme Directrice Silver Économie chez Eiffage Immobilier ? Qu’est-ce qui vous a motivée à accepter ce nouveau challenge ?

Cela fait maintenant 20 ans que j’occupe des fonctions au sein d’Eiffage immobilier, avec, ces 5 dernières années, la création d’une nouvelle structure dans le Grand Ouest. Cette mission m’a amenée à m’intéresser aux résidences senior, avec une demande en forte croissance due à la vague démographique actuelle et encore plus à venir (ndr.  20 millions de Français auront plus de 60 ans en 2030).  Suite à un départ à la retraite, on m’a proposé de devenir Directrice de la Silver Economie  avec une triple mission : développer l’offre de résidences senior avec services (Cazam), celle des résidences intergénérationnelles (Cocoon’Ages) et être en veille sur tous les dispositifs d’habitat, d’équipements ou de services qui accompagnement le vieillissement de la population. C’était pour moi la suite logique de mes expériences passées au sein du groupe, mais aussi de l’idée qui me suit depuis les débuts de ma carrière dans l’immobilier : améliorer la vie des gens, que ce soit au bureau, ou à leur domicile.

Qu’est-ce qui fait la particularité des résidences seniors Cazam ?

Cazam, c’est la résidence plaisir à destination de la génération des baby boomers qui, avec le temps est devenue celles des papy boomers. Une génération qui a soif de liberté, qui a voyagé, qui a le goût des bonnes et des belles choses. Les résidences Cazam offrent un bel emplacement connecté à la ville, à ses commerces, ses services et ses transports en commun. L’offre de prestations y est premium avec un effet waouh quand on découvre les lieux pour la première fois, mais avec la volonté de proposer des loyers qui restent accessibles. On insiste à la fois sur la dimension plaisir et bien-être avec des animations culturelles, sportives quotidiennes, mais aussi sur l’idée de rester actifs avec par exemple des programmes de mentorat avec des résidences étudiantes situées à proximité, ou des projets avec des associations humanitaires pour les résidents qui souhaiteraient investir un peu de leur temps. Pour résumer, nous tentons avec les résidences Cazam de répondre à l’ensemble des besoins de la pyramide de Maslow, depuis l’accomplissement personnel, jusqu’aux besoins physiologiques (dispositifs sur demande pour assurer le maintien à domicile le plus longtemps possible), en passant par la sécurité (bracelets connectés si besoin d’aide).

Quelle est la légitimité d’Eiffage Immobilier à se positionner sur ce type de résidences seniors ou intergénérationnelles ?

La création de services et de valeur est une évolution naturelle pour un constructeur/promoteur comme Eiffage Immobilier. Pour nous accompagner dans notre développement, nous nous sommes associés à 50 % avec le gestionnaire Montana, référence de l’exploitation de résidences  senior depuis une quinzaine d’années. Quant à l’immobilier intergénérationnel, nous travaillons avec Récipro-Cité,  laboratoire lyonnais d’innovation sociale spécialisé dans le vivre ensemble et reconnu Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale (ESUS) depuis 1 an. Avec eux, nous avons souhaité recréer au sein des résidences Cocoon’Ages, la notion de « place du village ». Nos résidences sont ainsi pensées pour être ouvertes sur la vie du quartier, ouvertes à la mixité avec des logements adaptés à tout type de population, y compris les plus âgées. Cela crée un terreau propice au développement de projets communs entre résidents qui peuvent s’ils le souhaitent devenir moteur de nouvelles activités à partager. A Bordeaux par exemple, un cours de yoga animé par une résidente réunit chaque semaine depuis 6 mois, une vingtaine de résidents âgés de 20 à 77 ans. Pour que cette dynamique fonctionne, chaque résidence accueille une maison des projets située au rez-de-chaussée avec un jardin partagé et un animateur gestionnaire dédié. Ce lieu de convivialité est un peu la place du village que j’évoquais à l’instant.

Ce constat d’un besoin de renouer avec le mieux vivre-ensemble et à une forme de solidarité est-il le signe que l’individualisme est en train de montrer ses limites ?

Je ne parlerai pas de bascule, ni de changement radical de paradigme. Les générations auxquelles nous nous adressons restent individualistes. A ce titre, la dimension collective n’est jamais imposée aux résidents, mais reste une possibilité, un « plus », jamais une contrainte. Le cas des résidences intergénérationnelles Cocoon’Ages est spécifique ; ce sont majoritairement des résidences sociales où la notion d’entraide se fait naturellement, que ce soit au travers du troc, ou des services que se rendent mutuellement les résidents (covoiturage, garde d’enfant, etc.). Cela crée du lien tout en préservant le pouvoir d’achat de chacun.

Quels sont les pays où puiser des idées en matière de résidences intergénérationnelles et seniors ?

Je suis en mode éponge depuis que j’occupe ce poste. Il faut être en veille permanente et les inspirations peuvent venir de partout. Pour Cocoon’Ages, nous nous sommes intéressés aux béguinages présents en Belgique, Pays-Bas et dans les pays d’Europe du Nord. Ce sont des logements collectifs pour seniors qui disposent chacun de leur propre logement, mais avec des espaces communs (potagers, jardin etc.) souvent gérés par des structures spécialisées. Nous avons également observé ce qui se passe au Portugal avec, historiquement, des maisons pensées pour accueillir toutes les générations d’une même famille. Plus loin, en Asie, en Chine et au Japon notamment, le développement du lien social et humain avec l’ambition que les seniors continuent à se rendre utiles participe à la prévention contre la dépendance des personnes âgées. Mais attention, tout n’est pas transposable en France, les bonnes idées venues d’ailleurs ne sont pas toujours adaptées à nos usages. Par exemple, difficile d’imaginer comme en Allemagne, livrer les bâtiments sans ascenseur sous prétexte que cela favorise l’exercice physique des résidents !

En quoi ce nouveau rôle de Directrice Silver Économie a-t-il modifié votre façon de travailler ?

Je suis passée de promoteur à gestionnaire. Ce n’est plus le même métier. Non seulement je m’occupe du développement de l’activité en trouvant de nouveaux terrains, de nouvelles opportunités, mais contrairement à mes anciennes fonctions, mon travail ne s’arrête pas lorsqu’un bâtiment est livré. Avec Cocoon’Ages, il s’agit de l’animation de la résidence avec une personne présente 4 jours par semaine. Avec Cazam il s’agit de l’accompagnement de l’ensemble des résidents, avec une équipe dédiée d’une quinzaine de personnes par résidence ! L’autre grand changement tient dans la dimension communication et représentation de nos activités, que ce soit en interne au sein d’Eiffage Immobilier, ou en externe via une forte visibilité auprès des médias, des salons spécialisés ainsi que sur les réseaux sociaux.

Dernière question : que dirait selon-vous l’élève de Centrale Lyon que vous étiez si elle voyait le parcours professionnel qui l’attend ?

(sourire) Je pense qu’elle serait surprise et se demanderait si passer toute sa vie professionnelle dans la même entreprise est réellement ce qu’elle veut faire ! Avec du recul, chaque étape, chaque projet a su stimuler mon besoin d’apprendre, de créer du relationnel… Je ne me suis jamais ennuyée et je referais probablement les mêmes choix s’ils se présentaient à moi de nouveau aujourd’hui.  

Auteur

Diplômée de l’École Centrale de Lyon et du Politecnico de Milan, Elise démarre chez Eiffage Aménagement, aménageur urbain avant de rejoindre les bureau d’études Setec et JB Conseils. Après un voyage d’un an autour du monde, elle revient chez Eiffage Immobilier, puis chez Eiffage Concessions en charge de la réalisation de l’hôpital Alpes Léman et des concours des Partenariats Public Privé. Elle revient chez Eiffage Immobilier pour prendre une des directions régionales franciliennes, avant de créer et diriger une nouvelle structure de promotion à partir de Nantes pour le Grand Ouest. Début 2022, elle devient Directrice de la Silver Economie pour Eiffage Immobilier.

A lire

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.