Liste des articles
Vue 756 fois
03 janvier 2021

Un Centralien, un métier : Mathias Ganem, Chef de projet Recherche et Innovation chez SEB

Diplômé de l’Ecole Centrale de Lyon, Mathias Ganem est Chef de projet Recherche et Innovation au sein du Groupe SEB à Lyon où il coordonne des équipes pluridisciplinaires avec lesquelles il imagine, conçoit et prototype les prochaines innovations du Groupe. Il nous parle de son parcours, de son métier et des recherches qu’il y mène.


Bonjour Mathias. Avant de débuter ta carrière professionnelle, tu as décidé d’effectuer ta dernière année d'études à Centrale Nantes plutôt qu’à Lyon. Pourquoi ce choix ?
A un moment dans mon parcours à Centrale Lyon je me suis rendu compte que je souhaitais élaborer et construire des offres de produit. J’étais particulièrement attiré par l’approche, les méthodologies et la sensibilité des designers. En 2015 j’ai décidé de faire une année de césure en design produit à travers un échange universitaire à Edimbourg suivi d'un stage. Je cherchais en dernière année une spécialisation qui rapproche le plus les deux mondes (design et ingénierie) et j’ai trouvé l’option Ingénierie de produit à Centrale Nantes. Les matières enseignées appartiennent aux deux disciplines (design industriel, expérience utilisateur, maquettage, matériaux/procédés de fabrication, ergonomie, perception et analyse de la valeur…) avec des intervenants de l’école de design de Nantes Atlantique.
 
Savais-tu une fois ton diplôme en poche vers quel type de poste et de secteur tu voulais orienter ta carrière professionnelle ?
J’avais plusieurs typologies de postes en tête ; Ingénieur mécanique orienté produit, ingénieur/designer ou bien des postes type Product/Project manager côté R&D. Je cherchais des entreprises qui conçoivent et développent des produits grand public. Le Groupe SEB était déjà dans mon scope.
 
Cela correspond-il à ce que tu fais aujourd'hui ?
Aujourd’hui, je coordonne des équipes projet regroupant un large spectre de métiers (Marketing, Design, Design UX, Anthropologue, Concepteurs, Prototypistes, Ingénieurs …) avec lesquelles nous construisons les prochaines innovations produits du Groupe SEB. C'est donc parfaitement en phase avec mon projet initial.
 
Quel a été ton parcours et comment as-tu été recruté chez SEB ?
Avant d'intégrer le Groupe SEB j’avais effectué mon stage de fin d’étude chez Invoxia, une petite société basée à Paris qui conçoit et développe des objets connectés. Je suis resté un peu chez eux après en tant que designer mais j’avais en tête de quitter Paris. Il se trouve qu’au même moment le Groupe SEB était en train de créer un nouveau centre de Recherche et d’Innovation au siège à Ecully. J’ai saisi l’opportunité sans trop d’hésitation.
 
Peux-tu nous décrire ton poste et les responsabilités qui y sont liées ?
Pour faire simple, notre mission consiste à construire une offre produit la plus en rupture avec son marché et qui améliore radicalement l’expérience utilisateur. Pour cela on part généralement d’un insight ou d’un besoin qu’on prospecte. Le point de départ peut aussi être une technologie identifiée en veille. Après la première phase de prospection, on part en phase d’idéation où on met en place des méthodologies de créativité adaptées et à travers un jeu de workshop où on on génère et on cherche un maximum de solutions innovantes qui pourraient résoudre notre problème. Ensuite on converge, c’est-à-dire qu’on réduit le champs des possibles petit à petit à travers un prisme technique/business/design/utilisateur via des maquettes, des tests, du dimensionnement, des chiffrages… Quand on a trouvé une solution qui nous satisfait et qu’on a démontré sa faisabilité, on passe en phase de prototypage afin de la tester en conditions quasi réelles d’utilisation. En parallèle on valide les exigences qualité du produit (durée de vie, sécurité …) et on prépare son industrialisation avec les équipes de développement. Ma responsabilité est de coordonner toutes ces phases avec les différents acteurs et de valider les grandes étapes (exploration, convergence, validation).
 
Sur quels types de projets travailles-tu ?
Je travaille sur l’univers Home and Personal Care, qui regroupe nos activités du soin de la maison (traitement de l’air, entretien des sols, repassage des textiles..) et du soin de la personne (appareil de coiffure, pesage…)
J’ai travaillé par exemple sur des aspirateurs robot, des purificateurs d’air, des appareils de coiffure ou encore des fers à repasser.
 
Je suis tombé sur un brevet que tu as déposé en 2019 sur un système de Home air purification. Comment est né ce brevet depuis l'idée à sa solution ?
Oui, ce brevet parle du monitoring de la qualité de l’air d’un habitat avec des purificateurs et des capteurs, et surtout comment ces derniers communiquent et interagissent entre eux et avec l’utilisateur.
Je suis arrivé sur le projet un peu après le début. On a travaillé pendant une année sur la phase de convergence et de validation en évaluant les différents protocoles de communication, les architectures et les interfaces possibles avec toujours au centre l’utilisateur et la simplicité d’utilisation.  C’est là qu’on a trouvé des manières de faire assez astucieuses qu’on a pu protéger.
 
Te sens-tu dans la peau d'un chercheur ?
Mon travail est celui d’un chercheur. Tous nos projets ne vont pas au bout, on investigue des voies qui n’aboutiront peut être pas. On est forcément amené à tester des choses dont les probabilités de succès sont faibles, mais où l’opportunité de créer une rupture est grande et en cela nous sommes des chercheurs. On travaille beaucoup sous forme d’hypothèses avec énormément d’incertitudes. Chaque fois qu’une hypothèse est incorrecte, on enrichit nos connaissances ce qui nous permet d’en formuler des meilleures.
 
Quelle est la difficulté technique qui t'a posé le plus de problème ?
Dans nos appareils on est souvent confronté à des problématiques de thermique, de mécanique des fluides, de mécanique ou d’électronique. Par exemple sur un projet on n'arrivait pas à bien cerner un transfert d’effort crucial pour la performance. On a dû passer quelques temps en simulation RDM, mais on a finalement identifié les causes du problème.  
 
Comment se composent les équipes qui travaillent avec toi sur les projets dont tu t'occupes ?
Selon les projets les acteurs et la durée de leur intervention varient. On retrouve généralement un binôme Recherche (chef de projet) / Marketing (chef de produit)  ou un trinôme Recherche/marketing/Design qui est le noyau du projet. Autour de cela on retrouve des anthropologues, des analystes marketing, des ingénieurs sensoriels, des ingénieurs spécialisés sur des technos (robotique, capteurs, batteries …), des ingénieurs brevet, des concepteurs, des prototypistes, des designers produit, des designers UX, des chefs de projet côté développement et qualité ainsi que des développeurs et des product owner pour les projets digitaux.

Finalement, que préfères-tu dans ton travail actuellement chez SEB ?
Ce qui me plaît le plus c’est les phases amont de prospection et d’idéation lorsque le champs des possibles est encore large.
 
Si je te demandais la matière enseignée à l'ECL dont tu te sers le plus dans ton travail ?
Je pense que c’est mes cours de seconde année comme Entreprendre et Innover ou Prototypage et Design de l’interaction.
 
Dernière question : que dirais-tu à un jeune Centralien de Lyon pour le convaincre de rejoindre le Groupe SEB ?
Au sein du Groupe SEB on a l’opportunité d’accéder à des postes d’ingénieur très orientés créativité et innovation et on travaille sur des projets avec des dimensions business, design et UX fortes. Tout cela en devant relever de beaux challenges techniques. On réfléchit au monde demain et aux appareils que nous utiliserons tous. Je trouve ça passionnant, je pense que ça peut plaire à beaucoup de Centraliens !

Articles liés

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.