ACL

Connexion

Association des Centraliens de Lyon

   Liste des articles
Image par Robin Higgins de Pixabay
Vue 606 fois
09 novembre 2020

10 erreurs classiques à éviter quand on prépare son projet d’entreprise

Publié par Aurélie DEBIA | Carrières

Plus d’un français sur quatre rêve de lancer sa propre entreprise : quête de liberté, volonté de travailler selon ses propres valeurs sont les principales motivations des entrepreneurs. La réalité : 50% des sociétés disparaissent avant leur sixième année d’existence. Parmi les causes de ces échecs : défaillance des clients, inadaptation de l’offre à l’évolution du marché, problèmes d’organisation ou de gestion etc. Aurélie Debia, chargée d’accompagnement au sein de la couveuse d’entreprises  AUXIME Envolys et co-animatrice du webinaire ACL sur la création d’entreprise du 27 novembre prochain (cliquez sur ce lien pour vous inscrire) nous présente les 10 erreurs les plus courantes à éviter lorsqu’on souhaite lancer sa propre activité.


  1. S’isoler. La France compte de nombreuses aides à la création et réseaux d’entrepreneurs, aussi bien avant l’immatriculation, pour construire le projet qu’après, pour maintenir une dynamique et un effet miroir. Savoir s’entourer, c’est aussi associer son entourage personnel à son projet et lui expliquer que le parcours d’un entrepreneur n’est pas un long fleuve tranquille  avec ses moments de doute, ses pics d’activité, la baisse ou l’absence de revenus, le stress…

  2. Foncer tête baissée. Ai-je fait le deuil de mon ancienne vie professionnelle ? que suis-je prêt à perdre ? combien de temps me laisser avant d’activer mon plan B ? quelle est la réalité d’un chef d’entreprise ? sont autant de questions à se poser avant de se lancer. Car au final, ce sont les seules certitudes avec lesquelles vous pourrez démarrer !

  3. Ne pas faire d’étude de marché. Vous avez possiblement un large éventail de compétences mais attention à ne pas en faire le catalogue. A avoir une offre trop large, vous risquez de ne pas marquer les esprits. Une étude de marché concrète vous permettra de bien cerner les besoins et acteurs de votre marché, et surtout d’identifier votre positionnement spécifique.

  4. Avoir des prix trop bas. Certes vous démarrer, mais uniquement comme entrepreneur ! Vous avez une vraie expertise métier ? Il faut la valoriser ! En vendant trop bas, vous vous enfermez dans un modèle économique peu viable et aurez des difficultés à revoir vos tarifs à la hausse. Vous risquez également de vous créer des ennemis sur votre marché. Une négociation trop serrée ? : offrez plutôt quelques jours de mission à votre client et réfléchissez aux contreparties à demander si vous concédez une remise (délai de règlement plus court, recommandation de contacts à prendre…)

  5. Rester figé(e) dans son projet initial. Votre marché, votre environnement évoluent, sachez-vous adapter ! Le contexte de la COVID-19 en est le parfait exemple. Celui qui survit, c’est celui qui s’adapte. Tirer parti des surprises, s’adapter, c’est un des principes de l’effectuation auquel nous croyons beaucoup.

  6. Ne pas avoir d’outils de pilotage. Obligation comptable ou pas, il est indispensable de faire des bilans réguliers de son activité. Ratios commerciaux, délais de paiement des clients, part de frais sur le chiffre d’affaires … sont autant de données indispensables au pilotage de son entreprise.

  7. Se reposer sur son réseau. Votre réseau vous permet d’avoir vos premières missions ? Formidable ! mais il n’est pas intarissable. Prévoyez au moins 20 à 30% de votre temps  au développement commercial. Attention aux missions longues qui ne laissent pas de temps au développement commercial, un creux d’activité sera à prévoir.

  8. Investir tout de suite dans un site web. Le projet évolue presque toujours entre sa modélisation au démarrage, et sa mise en œuvre réelle sur le marché. Oui, une communication professionnelle est indispensable, mais soyez sûr(e) de votre message et de votre cible avant d’investir. Il est tout à fait possible de démarrer avec une carte de visite, un profil Linkedin bien travaillé et une présentation de son offre de service.

  9. Avoir des charges fixes. Locaux, outils informatiques, compétences complémentaires…. Sauf besoin indispensable, privilégiez les charges variables dans un premier temps. A terme moins rentables, elles permettent au démarrage de tester les différents moyens sans peser trop lourd dans l’activité.

  10. Se poser tout de suite la question du statut juridique. C’est souvent une des premières interrogations du porteur de projet. Oui c’est important, oui il faut penser à sa protection sociale, à son patrimoine…. Mais ce n’est qu’une formalité et des experts peuvent vous accompagner.  Il est possible de démarrer sans créer d’entreprise, sans prendre de risque financier et sans perdre sa protection sociale pour tester son projet et sa posture d’entrepreneur. C’est notamment le rôle des couveuses d’entreprises.

    Pour résumer, ne pas hésiter à se faire accompagner à tous les stades de son projet !


    Un webinaire aura lieu le 27 novembre « étapes et ressources pour créer son entreprise » - Pensez à vous inscrire.

Auteur

Aurélie Debia est chargée d’accompagnement au sein de la couveuse d’entreprises AUXIME Envolys.
Portée par de fortes valeurs familiales entrepreneuriales, elle accueille depuis près de 12 ans les entrepreneurs à tous stades d’avancement et cherche les solutions adaptées.
Les entrepreneurs qui rejoignent AUXIME testent leurs projets en grandeur réelle dans un cadre sécurisant et dynamisant :
• Coquille juridique qui permet de démarrer légalement sans créer d’entreprise
• Gestion des tâches administratives et comptables pour se concentrer sur le développement de son projet
• Programme d’accompagnement collectif et individuel et actions réseaux pour révéler son âme d’entrepreneur

Articles liés

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.



Ajoutez un message personnel