ACL

Connexion

Association des Centraliens de Lyon

   Retour au dossier
Eloi GUENET
Vue 527 fois
09 juillet 2018

Réussir son expatriation : conseils et témoignage

Ma carrière a débuté en Thaïlande en tant que VIE en 1998. Depuis, je n’ai pas encore eu l’occasion de rentrer travailler en France : Thaïlande, Brésil, Italie puis de nouveau l’Asie (Thaïlande, Chine, Corée). La prochaine expérience sera polonaise à partir de l’été 2018.


Même si mon parcours peut sembler atypique, il confirme que les opportunités d’expatriation pour les ingénieurs français sont nombreuses, à chaque étape d’une carrière, dans ma spécialité (Industrie/Production) comme dans d’autres filières et spécialisations.

Des opportunités à saisir à condition d'être conscient des défis qui nous attendent en partant travailler à l'étranger.

 

Soyez prêts et sachez saisir les opportunités !

L’expatriation est souvent souhaitée, parfois idéalisée. Beaucoup aimeraient la tenter (par défi personnel, pour suivre la tendance mondialiste, pour ajouter une expérience sur un CV...). Avant de commencer vos recherches et de préparer votre projet, évaluez vos réelles motivations et vos capacités d’adaptation.

Je regrette souvent les candidats qui refusent un poste d’expatriation (pour des raisons personnelles ou familiales, géographiques, de durée du contrat, par appréhension peut-être…).

Un départ à l’étranger présente toujours une part d’incertitude mais avec l’expérience (voyages, stages, recherches personnelles ou en utilisant son réseau) on apprend à mieux se préparer et à minimiser les risques d’échec. Personnellement, pour préparer une expatriation, je ne mets pas en opposition les points positifs et négatifs…je liste uniquement les doutes et interrogations à clarifier et à résoudre avant le départ !

Enfin, ne réduisez pas (trop) votre périmètre de recherche sur des critères géographiques : si vous rêvez d’une expérience à Hong-Kong ou Singapour mais qu’une offre à Dubaï se présente, ne l’écartez pas…si vous parlez anglais et allemand, une expérience en Chine ou au Brésil n’est pas à exclure ! Gardez bien entendu votre objectif initial pour viser une seconde aventure…


Comprendre les gaps culturels avant tout !

Par définition, s’expatrier c’est arriver dans une organisation (professionnelle) locale. Il est primordial de comprendre son fonctionnement et de s’adapter à la culture et aux méthodes de travail locales pour se faire accepter et pouvoir remplir sa mission.

Les différences culturelles sont pour moi un des grands enrichissements de l’expatriation si on essaye de les analyser pour les intégrer dans son quotidien. Les équipes apprécient et acceptent d’autant plus facilement des nouvelles méthodes de travail et si elles savent que « l’expatrié» comprend les différences entre son pays d’origine et son pays d’accueil. Les missions des expatriés peuvent être variées (techniques, managériales, formation des équipes…) mais n’ont en aucun cas vocation à changer les cultures locales.


Savoir communiquer et travailler avec les équipes locales

On travaille différemment avec une équipe en Thaïlande (où le respect et la retenue sont capitaux), au Brésil (où les équipes attendent un management plus affirmé) ou encore en Corée (où la hiérarchie est quasiment militaire).

Arriver à développer une communication optimale et adaptée avec les équipes est également un aspect fascinant de l’expatriation. Contrairement aux idées reçues, la barrière de la langue n’est, en général, pas un point bloquant. Bien entendu, l’apprentissage de la langue locale est un atout majeur mais dans une très grande majorité des cas (et surtout hors-Europe), la communication en anglais « localisé » est utilisée. Un certain temps d’adaptation et un brin de patience sont parfois nécessaires pour tous mais les résultats extrêmement gratifiants.

On imagine souvent qu’un expatrié (quelle que soit sa position hiérarchique) a aussi un rôle de coach / formateur pour les équipes locales. L’inverse est également vrai car qu’y-a-t-il de plus enrichissant que d’être confronté à de nouvelles façons de travailler ?

J’aime aussi rappeler qu’il a aussi un rôle de facilitateur entre l’organisation centrale (parfois éloignée des réalités et des mentalités du pays) et l’entité locale.

Les attentes sur les résultats, la motivation, l’implication seront supérieures pour un expatrié que pour un employé resté en France

Être une « valeur ajoutée » pour l’entreprise

Quelle que soit votre position hiérarchique, n’oubliez pas qu’une entreprise a généralement recours à l’expatriation pour combler des carences locales : techniques, linguistiques, managériales. Une autre raison étant bien entendu le développement de ses employés.

J’estime également qu’à poste équivalent, les attentes sur les résultats, la motivation, l’implication seront supérieures pour un expatrié que pour un employé resté en France

Enfin, puisque le nombre d’expatriés reste généralement limité, ceux-ci se doivent d’être exemplaires : ils sont non seulement les « représentants » de la maison mère, mais aussi de la France, de leur école dans leur entreprise d’accueil.

 

La formation d’ingénieur « Made in France »

Un DRH français ne connaît pas spécialement les meilleures universités brésiliennes ou coréennes. La situation est similaire pour un DRH coréen ou sud-américain. Ce n’est donc pas faire injure à notre diplôme que de dire qu’il ne sera pas spécialement « valorisé » une fois à l’étranger !

En revanche, il l’est pour une embauche en France dans l’optique d’une expatriation ultérieure, d’un VIE ou d’un stage dans une entreprise française.

Il est aussi intéressant d’observer et d’avoir conscience des différences dans l’éducation en général et la formation d’ingénieur en particulier. Si les systèmes de certains pays d’Asie sont ultra sélectifs et reconnus dans les classements mondiaux, les performances des jeunes diplômés sont parfois décevantes (pour un manager européen).

Mes expériences passées avec de jeunes (élèves) ingénieurs français ont toujours été positives. Je retiens en particulier les capacités d’adaptation, de compréhension, d’autonomie, d’innovation, ainsi que la confiance en soi. Ce sont pour moi les principales qualités acquises lors de nos formations.

Les capacités d’adaptation, de compréhension, d’autonomie, d’innovation, ainsi que la confiance en soi sont les principales qualités acquises lors de nos formations.

Vivre loin de la France

Chaque expatriation est unique: sont à prendre en compte le poste, l’entreprise, l’expérience, le pays et même la ville, la situation familiale… mais de manière générale, les conditions matérielles doivent et sont intéressantes.

On observe une tendance à l’uniformisation entre les grands groupes dans les « packages » proposés…que cela soit du simple stage, au détachement en passant par les contrats locaux (aussi nombreux aujourd’hui).

Une fois sur place, chacun découvrira ce qui peut faire la richesse d’une expatriation: des responsabilités souvent plus importantes qu’à un poste équivalent en France, des rencontres enrichissantes, des opportunités de progression plus rapide, la découverte d’un pays ou d’une région, d’une culture, l’apprentissage d’une langue, une vie sociale différente (internationale, avec la communauté française ou locale), un environnement enrichissant pour la vie familiale…

Pour contrebalancer cette liste non exhaustive de point positifs, il faudra également accepter certaines aspects plus contraignants: l’éloignement de la France et des retours peu fréquents (surtout pour les expatriations lointaines), des activités (culturelles, loisirs…) différentes, des missions qui durent rarement plus de 5 ans (qui imposent de devoir déménager, quitter ses équipes, ses amis et un pays que l’on a appris à aimer…)

 

En avant toute !

Je recommande à chacun d’entre vous de tenter l’expérience… Sachez être patients mais soyez partants et motivés. Il n’y a pas de recette miracle pour l’expatriation…une part de chance peut-être mais elle s’offre à tous ceux qui savent saisir les opportunités et les réalisent pleinement !

Auteur

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.


Ajoutez un message personnel