ACL

Connexion

Association des Centraliens de Lyon

   Retour au dossier
pixabay
Vue 225 fois
09 octobre 2019

ADAS et nouvelles technologies : la sécurité routière en question

Malgré un parc automobile français protégeant mieux les usagers, la mortalité routière augmente depuis 2013, sans que cela puisse être attribué à l’augmentation du trafic. Pour expliquer cette hausse, certains pointent du doigt les systèmes de conduite automatisée et les risques introduits par les nouvelles technologies. Philippe Chrétien Directeur du Centre Européen d’Etudes de Sécurité et d’Analyse des risques (CEESAR) fait le point sur les dernières aides à la conduite qui doivent améliorer la sécurité routière.


Les aides à la conduite ne datent pas d’hier : elles ont déjà allégé et facilité le travail du conducteur (voir encadré). Derniers-nés de ces systèmes, les ADAS (Advanced Driving Assistance Systems ou systèmes avancés d’assistance et d’aide à la conduite) ont apporté des capacités de conduite automatisée. Ils interviennent en conduite normale sur la dynamique du véhicule, selon deux modes.

Le premier mode, la délégation, place le conducteur en attitude de supervision : la...

Cet article est réservé aux membres cotisants
Cliquez ici pour cotiser

Auteur

Philippe Chrétien (ECP82), après avoir occupé de multiples postes - développement, direction de projet, responsabilité de programme et animation transversale de la qualité - chez PSA, a pris il y a deux ans la direction du centre européen d’études de sécurité et d’analyse des risques (CEESAR). Créé il y a 25 ans pour améliorer la sécurité routière, ce laboratoire de recherche international réalise des études l’accidentologie, de biomécanique des chocs et de comportement humain.

Articles du dossier

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.



Ajoutez un message personnel