Liste des articles
Vue 325 fois
02 avril 2024

Paul Thomas (ECL2018) : enfin une solution globale pour la collecte et le traitement des biodéchets en France

Chaque année en France, ce sont pas moins de 12 millions de tonnes de biodéchets qui sont produites.  Une source d'énergie verte importante que ce soit pour produire du biogaz, de la chaleur ou du compost riche en nutriments. Si depuis le 1er janvier 2024, le tri des biodéchets est généralisé et concerne tous les professionnels ainsi que les particuliers, rares sont les solutions qui offrent aux collectivités une gestion globale et clé en mains de leurs déchets alimentaires, depuis la mise à disposition d’équipements de collecte,  jusqu’à leur valorisation, en passant par des outils connectés anti-gaspillage. Paul Thomas (ECL2018) connaît bien le sujet puisqu’il  travaille comme responsable des opérations chez Axibio, une société française en pleine croissance, spécialisée dans les solutions innovantes à destination des collectivités locales et des professionnels de la restauration collective, pour répondre aux enjeux environnementaux posés par les déchets alimentaires.


Technica : Bonjour Paul. Peux-tu nous présenter les solutions de collectes et de traitements des biodéchets proposées par la société Axibio ?

Axibio propose des solutions et des équipements pour toute la filière du biodéchet (déchet alimentaire). Pour accompagner les collectivités dans la mise en place de cette nouvelle filière, nous proposons des poubelles, type points d’apport volontaire (PAV), potentiellement équipées d’électronique embarquée (contrôle d’accès avec ou sans pesage). Nous proposons des outils à installer en cuisine ou en local poubelle pour aider la restauration collective à mesurer et comprendre son gaspillage alimentaire. Pour que les collecteurs et les territoires s'organisent et s'adaptent à la nouvelle réglementation, nous fournissons des logiciels de suivi et de traçabilité. Enfin, nous sommes aussi présents au pré-traitement de la matière collectée en fournissant des déconditionneurs capables d’écarter les erreurs de tri. Une matière propre est indispensable aux méthaniseurs et aux composteurs pour qu’ils puissent valoriser les biodéchets.

Gaïabox 600L avec pesage embarqué installé à Barentin (nord de Rouen) 

Technica : En quoi ces solutions se différencient-elles de celles proposées par la concurrence ?

Avec ce large panel d'activités, Axibio se différencie premièrement par son expertise. En effet, nous sommes le seul acteur à être présent sur toute la filière du biodéchets. Par ailleurs, nous sommes concepteurs et développeurs de toutes nos solutions. Ainsi nous gardons une maîtrise complète sur toutes nos technologies mécaniques, électroniques et informatiques. Enfin, Axibio se compose d’une équipe très dynamique et engagée. Pour être à la hauteur de nos ambitions, nous animons un large réseau de partenaires tels que des tôleries, des ateliers d’assemblages, des freelances en électronique ou en informatique, des juniors entreprise, des spécialistes de la pose de mobilier urbain ou encore des spécialistes de la signalétique.

Déverrouillage du contrôle d'accès par badge NFC ou RFID 13,56 MHz

Technica : A quoi sert concrètement la connectivité des solutions proposées ? N'est-ce pas un peu gadget ?

La connectivité des solutions vient de notre volonté de comprendre le marché du biodéchets. Puisque ce qui ne se mesure pas n’existe pas, il est indispensable de mesurer le gaspillage alimentaire pour se rendre compte de son ampleur et identifier rapidement des axes d’améliorations. Pour les collectivités locales, la connectivité des PAV leur permet de connaître les volumes collectés, d’appréhender l’utilisation des bornes et d'améliorer la qualité du tri à la source.

Portail web de traçabilité des collectes

Technica : Peux-tu nous décrire les différentes phases de traitement depuis la collecte jusqu’à la valorisation des déchets, et les problématiques (défis techniques ou organisationnels) associées ?

Sur le parcours du biodéchet, le premier défi est d’éviter qu’il soit directement incinéré après avoir été jeté n’importe comment. Il faut mettre en place une collecte et réussir à adresser l’ensemble de la population, c’est un défi organisationnel. La mise en place de cette collecte est accélérée par la réglementation qui est entrée en vigueur au 1er janvier 2024, il faut donc équiper tout le territoire très rapidement. Les PAV de collecte que nous proposons se doivent d’être robustes, durables et, s'ils sont équipés d’électronique embarquée, autonomes en énergie.

Une fois le biodéchet collecté, il est transporté vers un centre de déconditionnement. Si c’est un biodéchet produit par un professionnel, il est forcément accompagné d’un document d’accompagnement réglementaire qui doit être accessible et conservé par tous les acteurs intervenants sur la collecte et le traitement du biodéchet.

Enfin, il est valorisé. En France, il existe deux filières de valorisation. D’une part, la méthanisation qui produit du biogaz pour du carburant, de la consommation locale ou pour injecter dans le réseau de gaz de ville et de l’amendement organique pour les champs. D’autre part, le compostage qui produit du compost pour épandre dans les champs.

Module de déconditionnement Mavitec Depacker d'une capacité de 50 000 tonnes par an

Technica : Est-ce que la législation française est selon toi à la hauteur des enjeux liés à la valorisation des biodéchets ? Quelles sont les améliorations sur lesquelles le législateur devrait se pencher ?

La législation française, inspirée de la législation européenne, est très exigeante. Dans son ensemble, elle intègre des objectifs de réduction des ordures ménagères, une réduction du gaspillage dans la restauration collective, la création de filières de valorisation où les biodéchets ont une valeur, un cadre réglementaire imposant une traçabilité avec des documents réglementaires à remplir, des sanctions etc. Axibio a été créée pour proposer une solution concrète à chaque problématique soulevée par cette réglementation.

Malheureusement, si la réglementation est bien faite, sa compréhension que ce soit par les collectivités ou les particuliers, pose question. On a l’impression que le seul message se résume à « il faut faire son compost ». Or cela n'a jamais été ni le sujet ni l'objectif !

Cette réglementation a tout pour construire une filière exemplaire dans le milieu des déchets. Il faut plus de communication et un léger changement culturel. Les déchets sont des impensables, on ne veut pas les voir alors qu’ils ont de la valeur. On visualise facilement les armées d’ingénieurs travaillant à l’extraction ou à la transformation des ressources (alimentaires ou non), et, en bout de filière, les services déchets des collectivités sont souvent en sous-effectif avec des budgets très serrés. Je ne pense pas que ce soit au législateur d’apporter de nouvelles solutions mais il faut mettre plus d’énergie et de ressources dans cette filière et dans les collectivités.

Technica : Sur quelles problématiques travaille la R&D chez Axibio ?

La R&D Axibio travaille sur de multiples problématiques. En mécanique, nous concentrons nos efforts sur l’eco-conception. Nos produits doivent être faciles à assembler, réparables partout rapidement et très robustes et durables. Nous utilisons essentiellement des composants métalliques, recyclés et recyclables, et nous limitons au maximum les soudures ou les rivetages. En électronique, nous insistons sur la conception de cartes électroniques hyper-économes en énergie. Il nous faut choisir des composants à très faible consommation et programmer des veilles profondes de tous ces composants. Enfin, toutes les données récupérées par ces cartes sont rendues disponibles à nos clients sur des dashboard dont nous travaillons continuellement l’ergonomie et la pertinence.

Carte mère Axibio pour le contrôle d'accès avec pesée embarquée

Technica : Quels sont les points d’amélioration pour les mois à venir ?

Les principaux points d’amélioration à venir résident dans la refonte complète de nos portails web ainsi que de l’application mobile. Par ailleurs, nous allons prochainement mettre sur le marché plusieurs innovations mécaniques, comme par exemple un système de protection de la transmission des efforts dans le mécanisme d’ouverture de nos PAV. L'objectif est de réduire la possibilité de vandalisme et d’augmenter la durée de vie du produit. Enfin, nous travaillons également à faciliter l’utilisation de nos produits de mesure du gaspillage alimentaire par les opérateurs de cantine grâce à l’utilisation de pavé tactile notamment. Toutes ces améliorations seront rendues possibles grâce à la levée de fonds que la société mène actuellement.

Application mobile permettant le suivi de la collecte des biodéchets

Technica : Parlons un peu de toi. Quel est ton rôle en tant que responsable des opérations ?

En tant que responsable des opérations, j’assure la mise en œuvre de toutes nos prestations (produits et services) dans le respect de nos engagements. Je suis l’interface privilégiée avec nos clients et je participe également à la construction de nos réponses aux appels d’offres publics afin d’anticiper les enjeux techniques, logistiques et financiers. Enfin, je pilote beaucoup des chantiers d’améliorations continues en interne et de mise en place de procédures.

Technica : Est-ce que la nature des activités de la société a été pour toi un moteur de choix au moment de rejoindre Axibio ?

Oui grandement. A la fin de mes études, je me suis retrouvé face à un dilemme entre rejoindre des grosses structures stables mais avec des activités qui n’étaient pas en accord avec mes valeurs ou partir à l’aventure chez Axibio. J’avais fait mon stage de césure chez Axibio et j’aimais beaucoup les valeurs et la mentalité de l’entreprise, mon choix n’a donc pas été si compliqué.

Technica : Comment cette démarche responsable influence-t-elle la vie au sein de l’entreprise?

La démarche responsable influence, dans un premier temps, nos activités. En effet, la conception de nos produits est centrée autour des critères de durabilité et de réparabilité. Puis, pour le déroulement de nos opérations, nous maximisons le train et une location de voiture uniquement pour les derniers kilomètres.

Mais, la démarche responsable se retrouve principalement dans l’impact que l’on a auprès des collectivités et de la restauration collective. Nous les accompagnons à construire une filière optimisée et pragmatique pour leurs biodéchets. La réduction du gaspillage alimentaire est un enjeux climatique fort. Aujourd’hui, 1kg nourriture correspond environ à 4kg de CO2, qu’il est dramatique de gaspiller. Par ailleurs, réduire les ordures ménagères signifie moins d’incinération, moins d'enfouissement, et donc moins d’émissions de CO2 et de pollution des sols. Enfin, la valorisation dans les bonnes filières apporte beaucoup. La méthanisation d’une tonne de biodéchets permet de produire 100 m3 de biométhane, soit 720 kWh d’énergie (l’équivalent en carburant pour parcourir environ 1000km en voiture) ainsi que 850 kg de fertilisants naturels.

Technica : Axibio lance une levée de fonds pour accompagner son développement. A quoi serviront ces fonds ?

Axibio lance une levée de fonds pour permettre son industrialisation, l’objectif est de lever 800 000 € en crowdfunding via la plateforme Sowefund. Les fonds serviront à 3 objectifs majeurs. Dans un premier temps, nous travaillerons à finaliser les développements entamés ces dernières années afin de figer notre gamme actuelle de produits et de solutions. Cet effort nous permettra de porter avec sérieux notre expertise et notre vision de la filière. Le second objectif sera ensuite de recruter et d’acquérir de nouvelles ressources pour suivre l’augmentation de l’activité. Enfin, nous souhaitons lancer de nouveaux développements pour diversifier l’activité vers les autres flux de déchets.

DEVENEZ ACTIONNAIRE D’AXIBIO !

🔹 Parce que les biodéchets représentent une ressource précieuse pour produire de l’énergie et des engrais naturels,
🔹 Parce qu’il faut pouvoir les collecter et les traiter efficacement,
🔹 Parce que la mesure et la traçabilité sont nécessaires pour une meilleure gestion de nos déchets,
🔹 Parce que le gaspillage alimentaire est un enjeu économique, social et environnemental,
🔹 Parce que l’économie circulaire doit devenir une réalité et ne pas rester un concept de salon,

Pour rejoindre l’aventure, rendez-vous sur la plateforme d’investissement Sowefund via le lien suivant :

👉 https://sowefund.com/offre/198/axibio-2024 

Auteur

Paul est responsable des opérations de la société Axibio depuis décembre 2022. Il s'assure de la bonne mise en place de la stratégie industrielle et s'occupe au quotidien des activités de production, d'implantation et de maintenance. Il est également responsable des procédures et méthodes et pilote les réponses aux appels d'offres publics.

A lire

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.