Liste des articles
Vue 872 fois
05 septembre 2023

Eric Chauvin (ECL1999) : d’ingénieur R&D en traitement des déchets nucléaires à Ingénieur « bien-être »

Eric Chauvin (ECL1999) a déjà connu plusieurs vies professionnelles. Comme beaucoup de Centraliens pensez-vous. Mais peu ont réalisé un tel grand-écart entre leurs aspirations d'hier et celles qui les animent aujourd'hui. Ou comment passer de spécialiste R&D en traitement des déchets nucléaires et procédés de méthanisation, à ingénieur « bien-être ». Une histoire d’énergie qu’Eric a accepté de nous raconter.


Vous employez pour définir votre métier le terme d'ingénieur bien être. Pouvez-vous nous expliquer concrètement en quoi cela consiste ? En quoi votre métier se rapproche-t-il de la notion d'ingénieur ?

Je suis ingénieur. J'ai été formé pour utiliser mes connaissances et construire, développer, par le biais de mon raisonnement, des systèmes, des outils, des réflexions, des modèles numériques apportant des réponses à des problématiques, créant des améliorations, des simplifications, ou générant des fluidités, à des situations passées ou présentes, parfois en imaginant aussi de nouveaux systèmes.

J'ai souhaité le faire en intégrant pleinement l'humain. Sur la base de ce que j'ai vécu, appris, compris. Je propose, à celles et ceux que j'accompagne, des expériences leur permettant de vivre des améliorations dans leur vie. La grande différence consiste à ce que je n'utilise plus seulement mon raisonnement, mais aussi mon intuition et ce que la Vie offre de vivre.

Pour ma nouvelle activité d'ingénieur Bien Être, je suis amené à utiliser toute la palette des outils, de connaissances de ma vie d'ingénieur Projet (gestion de projets entre autres). Je les utilise suivant les besoins des personnes et des situations qui s'offrent à moi.

 

Origine du mot "ingénieur": Le terme en français n'est attesté, sous sa forme actuelle, qu'à partir de la Renaissance et du courant italien du designo. Ces premiers ingénieurs, véritable hommes de l'art héritiers des précurseurs médiévaux, dressent des plans descriptifs et décrivent par dessins, schémas modèles et cartes, des projets, en précisent les outils, les instruments ou les dispositifs à employer ou à manipuler avec adresse, en particulier la machinerie, et en conséquence définissent et partagent les travaux à accomplir dans un but d'efficacité et de gain de temps et de financements.

Pour un public cartésien, votre démarche professionnelle sur les énergies corporelles peut sembler pour le moins originale. Comment vous y prendriez-vous si vous deviez expliquer aux Centraliens qui vous découvrent sur quelles données concrètes repose votre activité ? 

Il est évident que pour un public de purs cartésiens, une approche plus métaphysique des notions d'énergies peut apparaître éloignée. Cependant, j'ai eu à vivre des situations dans mon corps que ma tête n'arrivait pas à comprendre, malgré toutes les connaissances acquises durant plus de 20 années dans les sphères des énergies. Car oui, j'ai œuvré dans les énergies nucléaires et renouvelables avant de basculer dans les énergies corporelles.

Aussi, j'aimerais convier les cartésiens à se souvenir des bases de la physique quantique et plus particulièrement de la mécanique quantique pour éclairer leur recherche d'ouverture aux autres notions que j'utilise aujourd'hui.

Observons toutes les théories que Planck, Einstein, Schrödinger, Tesla et bien d'autres ont développées au début du 20e siècle, que les physiciens cherchent et poursuivent depuis lors avec des mises en évidence, des démonstrations de ces théories. Prenons l'exemple de la matière. Si je regarde la structure de la matière, plus je la regarde de près, dans ses dimensions atomiques, subatomiques... plus je constate qu'elle est faite de « Vide » ! Que tous les éléments (quarks, gluons, nucléons, noyau atomique, atome, molécule) sont construits à partir d'éléments espacés dans leur structure les uns les autres. Je peux alors considérer que la matière est faite à 98% de « Vide » !

Ce « Vide », n'est en fait pas du vide. C'est là que l’énergie, les énergies viennent se placer. Il suffit de regarder l’énergie nucléaire. C'est de la fission de l'atome que l'énergie est tirée. Il en est de même pour le corps humain, 98% de « Vide ».

J'ai appris que depuis toujours, je ne sais dire combien d'années mais largement plus de 2000 ans, la médecine orientale (Inde, Chine ...) considère le corps comme un espace où le corporel, l’énergétique, les émotions et le spirituel viennent se rencontrer.

Dès lors, l'approche médicale est multiplans. J'ai compris que le corps physique était plus que de la matière, à travers mes expériences personnelles, quand j'ai ressenti des « énergies » bouger en moi.

Afin d’illustrer l'approche énergétique du corps humain, je peux proposer un exercice « très simple ». J'invite chacun à faire une pause dans ses actions. A placer ses mains à proximité immédiate l'une de l'autre. Fermer les yeux et revenir à la conscience de son souffle, de sa respiration, de l'air qui entre et sort de son corps. Inspirer et expirer à son rythme. A écouter les sensations dans ses mains. Puis petit à petit, à écarter lentement très lentement ses mains... et à laisser une main revenir et s’écarter. A un moment, la sensation de chaleur de l'autre main, de densité entre les mains, va disparaître, puis va réapparaître des sensations corporelles au gré des mouvements de la main. C'est le corps énergétique qui se situe tout autour du corps physique que je peux ressentir.

Vous avez eu une carrière "classique" d'ingénieur et de chercheur. A quel moment avez-vous ressenti le besoin de changer de cap professionnel ?

C'est la question clef de ce changement qui a été le mien est : Que s'est-il passé ?

J'ai eu à prendre du recul sur mon vécu. A me poser, au regard de toutes mes activités, et j'ai utilisé mes notes, mon agenda, mes souvenirs pour identifier les racines de ce changement. Un des éléments clef a été lorsque j'ai vécu une expérience dans mon corps, à travers un massage reçu, qui a interrogé le cartésien que je suis. Pourquoi mon corps avait-il réagit de la sorte ? Aussi ai-je fait ce que je savais faire, j'ai déroulé un plan d’expérience sur moi-même. Oui, cet outil que j’avais utilisé durant ma vie de chargé d'affaire R&D. J'ai réalisé des expériences à travers des stages et ateliers de développement personnel et de thérapies brèves où j'ai été mon propre cobaye. J’ai exploré des espaces en moi jusqu’alors inconnus.

Initié en 2016, à travers des pratiques corporelles (yoga, danse intuitive) j'ai vécu des changements dans mon corps physique (-15kg, renforcement musculaire, redressement de ma structure osseuse). Je vivais en parallèle des ressentis, des changements à travers les énergies de mon corps (libérations des canaux énergétiques (i.e. méridiens en médecine chinoise) et des compréhensions de mes réelles valeurs et potentiels. M'initiant à la pratique du massage, je constatais que les personnes que je touchais pouvaient elles aussi vivre des expériences.

Étant sollicité pour œuvrer professionnellement en tant que masseur, j'ai créé mon activité en Auto Entreprise, en parallèle de mon activité de chef de Projet. En 2020, à l'issue d'un burnout, j'ai pris de la distance avec mon employeur, pour arriver à une rupture de mon contrat de travail. J'ai constaté que toute ma vie avait changé.

Depuis 2016, je travaille sur le déploiement de moi-même. Actuellement, je me forme à des techniques de toucher (actuellement en formation à « La relation d'Aide par le Toucher® » pour associer la psychologie aux maux du corps : la psychosomatique). J'étudie diverses approches d'origine asiatique qu’elles soient énergétiques ou spirituelles. En 2020, j'ai reconnecté mon magnétisme au contact d'un magnétiseur renommé, depuis je peux soulager les douleurs, redonner de l’énergie, « couper le feu », tracer le cheminement de l'eau en sous-sol... Je considère apprendre chaque jour quelque chose que ce soit dans la lecture, l’écoute, les expériences que je vis, celles que je peux mettre au service de celles et ceux qui viennent à moi.

Que penserait le jeune Eric Chauvin à l'époque de Centrale Lyon s'il découvrait le virage professionnel qu'il allait prendre 20 ans plus tard ?

Aller à la rencontre de ses parts anciennes, ses mémoires, son passé est un outils très puissant pour moi. J'ai pu le voir dans le retour à moi même que j'ai eu à faire. Je crois que le jeune Eric, qui entrait à Centrale Lyon, aurait sa curiosité piquée au vif. Pour autant, mon aspect cartésien et l'environnement prenant racine dans la peur, espace dans lequel je baignais à l'époque aurait eu du mal à concevoir ce changement.

J'ai eu à visiter cette part en moi. Identifier les croyances limitantes auxquels ces peurs étaient attachées et m’en libérer pour avancer plus aisément dans mes nouvelles activités. C'est un travail que propose de nombreux accompagnants. Comme je l'ai dit plus haut, nous sommes constitués d'un corps physique, émotionnel, énergétique et spirituel. Chacun de ces corps peut se charger de croyances limitantes (liées à des traumas de vie, un héritage mémoriel/transgénérationnelle, cellulaire...), il m'a été très utile de libérer, au fil des expériences, les plus grosses limitations pour avancer dans cette nouvelle vie. 

Je le continue à l'heure où je pose ces mots !

Qu'avez-vous appris de vos expériences passées dans le nucléaire et la méthanisation qui vous servent aujourd'hui ?

De mes expériences passées, je garde l’apprentissage de la vie et ses connaissances. J'ai toujours autant de plaisir à partager mes connaissances de la gestion des déchets nucléaires. Mais surtout ce sont les compétences développées que j'utilise. En effet, dans mes activités actuelles, qui sont multiples, je peux être amené à utiliser mes connaissances en gestion de projet (la structuration, la planification, la coordination des acteurs,...) mais aussi toutes ces compétences acquises sur le terrain, considérant que le « Nous » est plus fort que le « Je », le principe de l'intelligence collective.

 

En parallèle de votre activité d'ingénieur bien-être, vous intervenez comme facilitateur au sein de la structure Kalima. En quoi cela consiste-t-il ? Existe-t-il un lien entre vos missions en tant que facilitateur et votre activité d'ingénieur bien-être ?

J’œuvre pour Kalima en effet, une structure qui propose des cercles de parole en ligne, dans les écoles et les entreprises.

De mon expérience, c'est en vivant des cercles de parole, j'ai commencé par des cercles entre hommes, que j'ai perçu la puissance de ces cercles.

En présentiel ou à distance, l'expression authentique, parler en « Je » porte la puissance du Verbe. Tous les thèmes peuvent être abordés. Passant de « Comment je gère mon temps ? », à « Comment je vis mes émotions ? », « Ma relation au travail » « Qu'est-ce que pour moi être un Homme ? » etc...

Je vois qu’intervenir dans une équipe au sein d'une entreprise, un Comité de direction, une classe dans une école, peut permettre de relier ces derniers à un niveau plus humain. Découvrant la personnalité d'un collaborateur, d'un collègue, d'un camarade, je peux m'ouvrir à mon humanité.

 

En tant qu’ingénieur Bien Être, je peux aiguiller les consultants qui viennent à moi pour des séances individuelles, vers les cercles de parole, ceux que je facilite ou ceux facilités au sein de Kalima. En effet, il m'est important d'ouvrir la conscience des mécanismes, des comportements que la société nous impose alors que notre nature peut être autre. J'en suis convaincu, c'est dans le partage que nous avons le plus à gagner.

 

Parmi les soft skills que vous développez en tant que facilitateur, y en a-t-il qui pourraient selon vous être ) enseignés à Centrale Lyon ? Lesquelles auraient pu vous servir dans votre carrière si vous les aviez maîtrisées plus tôt ?

Oh oui, il y a des soft skills qui mériteraient d’être transmis en école d'ingénieur. Qu'en tout cas personnellement je n'ai pas eu la chance d'aborder durant ma formation.

 

C'est d'ailleurs une proposition que je souhaite faire aux écoles. Intervenir dans les Établissements serait une joie pour moi, afin d'œuvrer à ouvrir les élèves à l'Écologie. Pas uniquement l'écologie politique, d'avantage l'Écologie Humaine, la science des relations des organismes avec le monde environnant, c'est-à-dire, dans un sens large, la science des conditions d'existence sur les 3 plans suivants :

  • L’écologie du monde : Comment je suis en interaction avec le monde, par mes attitudes, mes comportements.
  • L’écologie dans mes relations : Comment j’interagis avec mes collaborateurs, mes proches.
  • L'écologie intérieure : Comment je suis en relation avec moi-même, mon bien être, ma santé,

J'ai à cœur de permettre aux étudiants de d'avantage cerner 'le fait que nous sommes dans un monde en pleine mutation. Qu'il est porteur d'opportunités professionnelles en s'ouvrant à ce qui nous est propre ainsi que ce qui nous entoure, sans viser la confrontation mais d'avantage en se plaçant dans la collaboration. Un outil cher à mon cœur étant la puissance de l’Intelligence Collective (voir mon intervention durant le colloque Interelles de 2017) au services des organisations.

Pour en savoir plus : www.mains-tenant.eu 

Auteur

Dans un monde où tout va trop vite, où chacun court après le temps, passe sa vie à la gagner, on en oublie souvent le corps et les émotions à l’instant présent.
Jusqu’au jour où …
Pourtant le corps est celui qui te rappelle le plus à l’ordre, celui qui te murmure à chaque instant que la vie circule bel et bien en lui. Chaque émotion dysfonctionnelle est là pour t’amener un message et tenter d’entrer en communication avec toi, mais ne se faisant, elle laisse sa trace.

Es-tu suffisamment à l’écoute de toi-même ? A l’écoute de ton corps, ton coeur ?

Ma mission est d’accompagner les hommes et les femmes à libérer leurs blessures afin de retrouver plus d’harmonie, de joie et de bien-être dans leur vie.

A lire

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.