Actualités

Partager sur :

Hommage à Jean Guy Isaac (ECL 1943), dernier des résistants du plateau des Glières et ancien Président de l'ACL

12 avril 2022 Association
Vue 471 fois

Jean Guy Isaac (ECL 1943) nous a quittés le dimanche 3 avril à l’âge de 104 ans. Centralien, ingénieur et ancien président de l’ACL, il était surtout le dernier des résistants du plateau des Glières où, à l’hiver 1944, 460 hommes se dressèrent face à l’occupant nazi et ses complices de Vichy. Ils étaient alors chasseurs alpins d’Annecy, hommes de l’Armée secrète, réfractaires du STO, communistes, francs-tireurs, partisans, républicains espagnols… ou futur ingénieur comme Jean Guy. Ensemble, ils mirent à mal les groupes mobiles de réserve de Pétain et permirent à plusieurs reprises le parachutage d’armes destinées à la Résistance intérieure.

Des victoires clandestines qui ne restèrent pas longtemps sans réponse de la part de l’Occupant. Le 23 mars 1944, une division de la Wehrmacht, appuyée par la Luftwaffe, l’artillerie lourde et la Milice française, lança l’assaut sur les maquisards. 3 jours plus tard, après une défense héroïque, mais cernés par un ennemi dix fois plus nombreux, ces frères d’armes se séparèrent et tentèrent de se faufiler dans les mailles du filet ennemi. 129 d’entre-eux périrent pendant leur fuite, de nombreux autres furent faits prisonniers. Jean Guy Isaac, « Pasquier » de son nom de résistant, bien que grièvement blessé, eut la vie sauve.

L’Histoire n’a pas oublié ces faits d’armes et fera du plateau des Glières un des hauts lieux symboliques de la résistance. Après la Guerre, Jean Guy Isaac reprit sa carrière d’ingénieur, vivant de longues années au Japon. Il resta également très investi dans la vie associative de l’École, lui le Lyonnais de naissance, au point de présider l’ACL de 1978 à 1982.

Sa disparition début avril fut l’occasion pour le Président de la République, Emmanuel Macron, de saluer le passé de résistant de notre regretté camarade ainsi que les valeurs qui l’animaient alors. S’il était encore parmi nous, sans doute répondrait-il de la même façon qu’à chaque fois qu’on lui rappelait ses anciens faits d’armes : qu'il n’avait fait que son devoir de Français et d’homme libre. Le nôtre aujourd’hui est plus humblement de lui rendre hommage.

 

Pour plus d'informations sur la bataille des Glières, vous pouvez consulter le site Herodote.net créé par André Larane, Centralien de la promo 76 et ancien journaliste à l'Usine Nouvelle.

Ndlr. Nous sommes à la recherche d’informations sur la carrière d’ingénieur de Jean Guy Isaac pour un futur article. N'hésitez pas à nous contacter : technica@centraliens-lyon.net 




J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.